Rechercher
  • Camille G - Naturopathe

Qu'est-ce que "bien manger" ?

Dernière mise à jour : 23 mars 2020

La tendance actuelle nous incite au "lâcher prise". Il faut prendre son temps, apprendre à être moins exigent envers soi, ne pas juger tout, tout le temps …

Pourtant, en matière de régime alimentaire, le discours est tout autre : "Pour bien grandir, ne mange pas trop gras, trop sucré, trop salé ! Pour ta santé, évite de grignoter dans la journée. Mange au moins cinq fruits et légumes par jour. Manger, bouger…"

Il ne s'agit plus simplement de couvrir des besoins nutritifs mais de s'adonner à une réflexion complexe. On calcule, on pèse, on compare …c'est un véritable casse-tête Et finalement qu’obtient-on ? Du stress, voire de la culpabilité !

Alors, véritablement, qu’est-ce qu’on mange ?





La notion de repas sain est bien trop souvent réduite à la valeur nutritionnelle de notre assiette, ce n’est pourtant qu’un des points à considérer. Quels sont les éléments auxquels je dois m’intéresser pour composer mon repas ?

Voici 4 clés fondamentales d’une alimentation santé.


J’ai ciblé ma réponse dans cet article autour de l’assiette, de nombreux autres éléments pourraient venir la compléter. Je me ferai un plaisir de les partager avec vous dans une future publication.



N'1 : La composition de mon assiette


Etre végétarien, fléxitarien, … ne signifie pas manger équilibrer. Pour fonctionner le corps à besoin d’un apport complet et quotidien en nutriments. De même, réduire son apport en sucre ou en graisse n’est pas non plus une solution durable pour le bon fonctionnement du métabolisme.

De quoi le corps a – t – il véritablement besoin chaque jour ?





N'2 : La qualité de mes aliments


> Choisir des aliments « propres » :

Produits sur un sol sain, exempts de pesticides, de traitements après récolte… l’objectif étant de limiter l’apport de toxines dans l’organisme. Souvent réduites aux aliments issus de l’agriculture biologique il existe pourtant de nombreuses productions aujourd’hui dites « raisonnées » qui limitent au maximum l’utilisation de produits chimiques.


Pensez aux circuits court, aux producteurs locaux, à faire son potager …



> Favoriser les aliments non-dénaturés

Bio ou non, l’idée est d’éviter au maximum les aliments dits transformés. Ce sont des produits ayant subi plusieurs étapes de transformations et, l’ajout d’ingrédients propres à l’industrie. L'objectif étant de les rendre plus esthétiques, plus faciles à utiliser, moins chers, et permettre d’augmenter leur durée de stockage… Ils perdent de ce fait toute leur valeur nutritionnelle. De plus, afin d’agrémenter le goût (perdu du fait des transformations !), ils sont enrichis en sucre, sel, graisses et autres arômes artificiels, ...

Exemple : plats préparés, nuggets de poulet, steaks végétaux, poissons panés, vinaigrette et sauces toutes prêtes, soupes en brique, produits laitiers sucrés, céréales petit-déjeuner, pain de mie, biscuits, … La liste est très longue !






N'3 : Eviter les incompatibilités


Pour fabriquer de l’énergie à partir d’aliments, le corps effectue des transformations et produit des déchets. Afin de potentialiser la digestion, c’est-à-dire de tirer le maximum des aliments, et de limiter la création de déchets, il est intéressant d’éviter certaines associations alimentaires.


> Les sucres simples CRUS sont à consommer seuls C’est-à-dire les sucres présents dans des produits qui n’ont pas été transformés (donc pré-digérés). Ce sont les fruits crus, les jus de fruits, les fruits secs sucrés et le miel. Pourquoi ?

Leur digestion ne s’effectue pas dans la même partie du transit que les autres aliments. En ingérant un fruit cru avec d’autres aliments (en fin de repas par exemple), il risque de stagner dans l’estomac en attendant d’atteindre l’intestin, seul lieu où il peut être dégradé.



Les effets pas cools :

> la digestion générale dans l’estomac se voit ralentie

> le sucre, qui n’est pas digéré rapidement, fermente et sécrète des déchets (gaz, composés alcooliques, …)





> Céréale ou féculent + Aliment acide


Les féculents et céréales ont besoin d’un certain pH (plutôt neutre) pour être digérés dans l'estomac. En ingérant des aliments acides en parallèle, on modifie ce pH. La digestion se voit ralentie, voire stoppée, entrainant là aussi des stagnations et donc la création de déchets qui perturbent le bon fonctionnement de l’organisme. C’est toujours la même chanson !

Bye bye spaghetti bolognaise, pizza et pan con tomato … Quant au verre de vin, c'est une autre affaire !



N'4 : Apporter de la vie et du plaisir !

Manger c’est également apporter de l’énergie à son corps.

Ne dit-on pas d'ailleurs qu'il faut « croquer la vie à pleines dents »? Autrement dit, consommer des crudités, des plantes et herbes fraîches. Véritables condensés de vie, elles apportent bien plus que de simples nutriments, en croquant dans un fruit ou légume cru, on dispose encore de toute l’énergie qui l’anime.


Du fait de l’industrialisation, nous développons une paresse alimentaire. Tout est mou, pré-digéré, facile à avaler, sans vie et oscille entre deux saveurs : le sucré ou le salé. Quel dommage, quand on fait l’inventaire de l’incroyable diversité de plaisirs que nous offre la nature. La magie des aliments c’est qu’il en existe de toutes les couleurs, de toutes les formes et de toutes les textures. Il est impossible de se lasser, vous pouvez inventer sans cesse, vous renouveler à l’infini et créer à chaque fois, un vrai moment de plaisir.


Régalez-vous, des yeux, du nez, de la bouche, du toucher, savourez les sensations, bref mangez !



En fait, bien manger c’est apporter au corps simplement les éléments dont il a besoin : des nutriments de bonne qualité en quantité raisonnable, de la vie, du bonheur ! Sensé non ?



Prenez soin de vous

Camille

60 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout